L. de SAINTE-MAREVILLE and artists from around the world

Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud (Français-English)...

 


sculpture vicissitude 32 de J-F ANDRE
Sculpture vicissitude 32 de J-F ANDRE
http://perso.libertysurf.fr/jf.andre/index.htm


ENIVREZ-VOUS

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question.
Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules
et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais
de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise.
Mais enivrez-vous. Et si quelquefois, sur les marches d'un palais,
sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre,
vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au
vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui
fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante,
à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent,
la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront :
"Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés
du Temps, enivrez-vous sans cesse !
De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise.

CHARLES BAUDELAIRE - Petits poèmes en prose, 1862 -


 


sculpture vicissitude 29 de J-F ANDRE
Sculpture vicissitude 29 de J-F ANDRE
http://perso.libertysurf.fr/jf.andre/index.htm


EXTRACTS FROM "DU VIN ET DU HASCHISH" - 3 (tanka)

" ...You must be always
drunk ! That is the only way
...never to suffer
the awful burden of Time
crushing your shoulders till you
...are bent down to earth.
You must drink deep, without stop !
...But what ?
Wine, poems or virtue -- just as you please.
But you must always be drunk !
...If sometimes you wake
on the steps of a palace
...or in the green grass
of a ditch, or the mournful
solitudes of your own room,
...your drunken stupor
already diminished, or
...completely vanished,
you must ask wind, wave, star, bird,
the clock what the time can be.
...They will all tell you :
"It is time now to get drunk !,
...So as not to be
the martyrized slaves of Time
you must drink deep, without stop !"

Translation James Kirkup








sculpture vicissitude 31 de J-F ANDRE
Sculpture vicissitude 31 de J-F ANDRE
http://perso.libertysurf.fr/jf.andre/index.htm



[...]
Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.


Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sures,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilenents du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !


ARTHUR RIMBAUD - Le Bateau ivre -


 


sculpture vicissitude 17 de J-F ANDRE
Sculpture vicissitude 17 de J-F ANDRE
http://perso.libertysurf.fr/jf.andre/index.htm



As I came down the impassible Rivers,
I felt no more the bargemen's guiding hands,
Targets for yelling red-skins they were nailed
Naked to painted poles.

What did I care for any crews
Carriers of English cotton or of Flemish grain !
Bargemen and all that hubbub left behind,
The waters let me go my own free way.

In the furious lashings of the tides,
Emptier than children's minds, I through that winter
Ran! And great peninsulas unmoored
Never knew more triumphant uproar than I knew.

The tempest blessed my wakings on the sea.
Light as a cork I danced upon the waves,
Eternal rollers of the deep sunk dead,
Nor missed at night the lanterns' idiot eyes !

Sweeter than sour apples to a child,
Green waters seeped through all my seams,
Washing the stains of vomit and blue wine,
And swept away my anchor and my helm.

And since then I've been bathing in the Poem
Of star-infused and milky Sea,
Devouring the azure greens, where, flotsom pale,
A brooding corpse at times drifts by ;

Where, dyeing suddenly the blue,
Rhythms delirious and slow in the blaze of day,
Stronger than alcohol, vaster than your lyres,
Ferment the bitter reds of love !

I know the lightning-opened skies, waterspouts,
Eddies and surfs; I know the night,
And dawn arisen like a colony of doves,
And sometimes I have seen what men have thought they saw !

"THE DRUNKEN BOAT"
Translation Louise Varèse


 


sculpture vicissitude 37 de J-F ANDRE
Sculpture vicissitude 37 de J-F ANDRE
http://perso.libertysurf.fr/jf.andre/index.htm




Quelques Citations (new) :
Giacometti, Chateaubriand...


Page suivante, Galerie de L.dSM (clic ) >
Next page, Gallery (L.dSM)



Email:
photo plume



Retour Page d'accueil
Back to page 1