Laurence de SAINTE-MAREVILLE, auteur-illustratrice

 


Bannière site © Copyright  fait par L. de Sainte-Maréville.


"Écrire, dessiner, créer et oser la poésie, c'est tout ; tout, sauf être naïf !"

 

L.dSM  le 4 Décembre 2002



Bi-eaux-graphie (artist's biography) :


"Like a house, her talent has several rooms, but in each one you will recognize the unique fragrance of this french emerging artist's work, who can can spend several days on a single detail, to give you in the end this impression that there is always a picture behind the picture.

L. de Sainte Maréville's art is a whole world to discover. Her drawings both remind us of our inner nature and gives us new landscapes to explore."


dessin homme-page © Copyright  fait par L. de Sainte-Maréville.


She works both for internet and paper medias. (She's also a short story and poetry writer published in numerous magazines). Here are some samples of her recent publications :

Quelques exemples de ses publications







logo




Click here (english version)


“Auteur-illustratrice publiée en revues et recueils, romans en cours, première lauréate dans un concours de nouvelles sur le "Carnet Interdit" et membre de comités de lecture, jury ; mes outils sont la plume, le pinceau ou (et) l'informatique (plus précisément pour la création de logos). L'écriture se présente à divers niveaux. Là où parfois l'auteur se désagrège pour retourner à l'enfant qu'il n'a jamais cessé d'être. Les bouées, en quelque sorte, puis les envolées de ballons bleus, rouges ou verts qui occupent l'espace le long des nervures (mais pas seulement l'écriture, je dirais toute expression libre).

Je me dois de rester en constante recherche de l'équilibre, de l'harmonie du son et du sens, de l'alchimie entre la maîtrise de la langue et les mots de la vie, ceux tracés dans leur dialogue avec le monde d'aujourd'hui. Ne pas m'asseoir mais saisir le mouvement. La facture de chaque texte est-elle différente ? Il me faut respirer et respirer encore, pour que les mots reviennent dans la chair, façonnés et entiers, se sensualisent, fassent corps avec les signes d'encre. Texte lavis léger ou travaillé comme une peinture au couteau, le poignet ancré sur la toile.

Si l'on se glisse dans mes textes comme dans une robe de peau, pour y vivre les mots de l'intérieur, au-delà des apparences, au-delà de la forme, la main qui écrit ne se referme pas. Chaque jour je modèle le "texte - matière" de sorte qu'il puisse avoir sa propre autonomie, que chaque lecteur puisse le réécrire dans ses intonations, avec son passé, les mouvements de ses mers intérieures. Ainsi, de marées en marées, toujours semblable, il se renouvelle.

Fenêtre ouverte, le poème suggère. Il met en lumière. Léonard de Vinci d'ailleurs notait dans ses prophéties : "On fera de la lumière pour les morts." Comme le fit Dante.

L'écriture naît du ventre, du coeur, continue son ascension, excite l'intelligence (un supplément à l'intelligence du coeur, pas un remplacement). Elle prend ensuite de la hauteur, avec humilité. Les mots secs, les trompe-l'oeil, l'hermétisme intellectuel seront laissés si possible sur la rive. En poésie, aucune certitude.

L'écriture avec plaisir, passion, ténacité, exigence. Une conscience, un trouble. La lumière fonde l'obscure évidence qu'est la peinture. Et la peinture commence quand ce que l'on voit n'a rien à voir avec ce que l'on regarde.

La palette tourne indéfiniment et infiniment, je fais un patchwork, tends à "nous" lire. Certaines vies m'épellent, que je retrouve en moi-même fragmentées.

Le flux de mes phrases ou de mes couleurs ne mousse que sur la pierre fine de vos regards, et, le coffret à visages glissé dans ma poche, je dénoue simplement la cordelette à voix.”

Laurence de Sainte-Maréville





CONTINUEZ
Poèmes

[Contact, E-mail]


<Retour <Back

Retour Page d'accueil
Back Home